Impact du Covid-19 : coût des travaux de rénovation plus cher

Impact du Covid-19 : coût des travaux de rénovation plus cher

Même si le nombre de contaminations en France connait une baisse notable, la pandémie de Covid-19 a tout de même entraîné le secteur de la construction dans une situation difficile. Si les travaux chez soi étaient considérés comme un passe-temps favori durant les périodes de confinement, les adeptes des « Do it yourself » en paient actuellement le prix fort. Les travaux réalisés chez soi, qui, auparavant considérés comme une solution économique, affichent une toute autre facette.

Les séquelles du Covid-19

La crise sanitaire de 2019 a créé une énorme désorganisation mondiale, tant sur le plan logistique que sur le plan financier. Même si la crise était d’ordre sanitaire, le secteur de la construction n’a pas été épargné. Ceux qui se sont lancés dans la rénovation ou la construction de leurs biens immobiliers n’ont pas vu venir les hausses appliquées sur les matières. Maintenant, les personnes qui souhaitent réaliser des travaux à domicile devront faire face à deux obstacles majeurs : la disponibilité des matières et le coût d’achat. En effet, en partant du principe de l’offre et de la demande, l’inflation générale sur tous les secteurs confondus est justifiée. Contrairement à la demande qui enregistre des chiffres à la hausse, l’offre se fait de plus en plus rare. Suivant les dernières études, les travaux enregistrent un dépassement de budget allant jusqu’à 30% de la prévision. Plusieurs projets ont été mis en stand-by tandis que d’autres ont fait l’objet d’une révision de budget.

Un délai d’approvisionnement plus long

approvisionnement en matériaux de construction

À part la hausse directe sur le prix des matières premières, d’autres coûts cachés expliquent aussi le fait que réaliser des travaux chez soi devient de plus en plus en cher. Avec les périodes de confinement alternées par les vagues successives de coronavirus, le secteur du transport a aussi connu plusieurs difficultés. Les frais d’expédition maritime et aérienne ont affiché une courbe exponentielle. Outre les frais d’importation, la maitrise des délais d’approvisionnement constitue un vrai casse-tête pour les fournisseurs. Les consommateurs finaux subissent un retard de 10% à 30% par rapport au délai initialement prévu. On dit souvent que le temps vaut de l’argent et un projet de construction qui s’éternise engendre forcément des coûts. Ainsi, en attendant la disponibilité des matériaux, plusieurs chantiers restent inachevés.

Une hausse sur les coûts de l’énergie

À peine sortie de la crise du covid-19, les conséquences de la guerre Russie – Ukraine ont déjà pointé le bout de leur nez. Les échanges commerciaux entre la France et la Russie se dégradent. Les ressources énergétiques figurent dans la liste des domaines les plus touchés. Partiellement dépendante de la Russie, la France voit son pétrole et son gaz comme étant des enjeux politiques importants. Une hausse sur les coûts de l’énergie impacte indirectement les prix des matériaux, et directement les coûts de production. La guerre russo-ukrainienne vient accentuer les difficultés déjà présentes à la suite de la pandémie du Covid-19. La pénurie, le retard d’approvisionnement et les augmentations de prix sont inévitables. Poser une fenêtre soi-même n’est plus aussi facile qu’avant. Tous ces facteurs confondus ont fait que les devis de construction ont augmenté de 5% à 10% depuis le début de l’année 2022.

Plusieurs matières touchées par la situation

matériaux de construction acier

Tous les matériaux sont concernés par cette inflation générale. Cependant, parmi la longue liste, l’acier et les tuiles ont été fortement impactés. Les augmentations ont enregistré respectivement 80% et 60% par rapport à 2020. En effet, les produits fabriqués suivant un processus énergivore sont plus impactés que d’autres. Pour la France, une grande partie est importée de la Russie et de l’Ukraine pour compenser sa faible production par rapport à la demande. Particulier ou professionnel, personne ne s’en sort indemne. Le bois et le béton figurent également dans la liste. Le secteur de la construction se trouve fortement menacé par cette guerre. La volatilité des prix peut durer si les dirigeants politiques n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente sur la guerre russo-ukrainienne.

Coût des travaux : la meilleure stratégie à adopter pour faire face à la situation

Se prononcer sur le sort du secteur de la construction semble assez difficile pour le moment. Cependant, pour y faire face, ceux qui souhaitent effectuer soi-même des travaux chez eux doivent s’attendre aux retards d’approvisionnement et à l’inflation. Avant d’entamer les projets, anticiper ces différents obstacles est la seule alternative à date. Une marge, que ce soit sur le délai ou le coût doit être prévue. Ainsi, une gestion agile de votre projet vous permettra sur une partie de faire face à cette situation.